Gauthier, Jean-Pierre

Contenu de la page principale

Lot: 

16
Décapode

From the series Les Marqueurs d’incertitude

These drawing machines mainly comprise metal hoops fitted with pliable metal pins to which pencil leads are attached. After passing over the wall several times, they gradually create an undulating web—a staggered overlay interwoven with sinuous lines of varying density. Their surprising capacity to expose unexpected traces enshrined in the history of the exhibition space walls was an unhoped-for outcome for the artist. These traces were mostly attributable to marks left by joint compound, plugged boreholes, traces of paint, as well as other irregularities. They became the surprising proclaimers of the walls’ hidden history.

Metal, motors, twine, and graphite,
  • 2017
254 x 214 cm

Estimate: 

$6,400

Jean-Pierre Gauthier sonde notre relation à la machine et teste la prévisibilité des divers systèmes qu’il construit au moyen de dispositifs visuels, sonores et cinétiques. Bien que ses installations exposent leur mécanisme dans toute sa matérialité, leur fonctionnement ne se révèle que partiellement. Les opérations qu’elles effectuent sont libérées de tout rôle utilitaire, évoquant avec humour le monde animal et anthropomorphique. Le hasard, le contrôle, le désordre, le chaos, l’accident et l’organicité se côtoient de façon poétique, tout en provoquant des situations cocasses et inusitées qui déjouent les attentes.

L’artiste est une figure marquante des arts médiatiques canadiens et son travail a été présenté lors de plusieurs manifestations consacrées aux arts numériques, entre autres Transmediale (Berlin, 2006), Electrohype (Lund, 2006), Tonspur (Vienne, 2010), FILE (Sᾶo Paulo, 2012) et l’International Triennial of New Media Art (Pékin, 2014). Des expositions individuelles et collectives ont également eu lieu en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie.

Il est lauréat de nombreux prix, tels que le prix Sobey pour les arts (2004), le prix le Victor Martyn Lynch-Staunton (2006) et le prix Louis-Comtois (2012).