Beauséjour, Mathieu

Mathieu Beauséjour, Devil's Face, 2000.

Numéro de lot : 

38
Devil's Face

En 1952, la Banque du Canada commande à George Gundersen le design des nouveaux billets canadiens. Il réalise une gravure du portrait d’Elizabeth II fait par Peter-Dirk Uys, photographe officiel de Sa Majesté. Les billets sont mis en circulation en 1954. Survient une plainte d’un citoyen stupéfait : dans les cheveux de la Reine, derrière son oreille, apparaît un visage démoniaque… Soupçonné d’avoir falsifié l’image, Gundersen nie, mais comme le négatif original reste introuvable, les Devil’s Face sont retirés de la circulation.
La controverse reprend en 1985, quand Uys confesse dans ses mémoires sa liaison avec John Rietveld, le coiffeur de la reine. On apprend aussi qu’avant de se dévouer pleinement à son métier de photographe, il était disciple de Aleister Crowley et amant de Kenneth Anger, deux adeptes de Lucifer.

Sérigraphie à l’huile,
  • 2000
61 x 48 cm |
Édition 11/20

Valeur estimée : 

1 200 $

Mathieu Beauséjour s’intéresse aux symboles et à la représentation du pouvoir. Sa pratique se rapporte à la notion d’utopie et aux relations qu’entretiennent les pouvoirs économiques, politiques et esthétiques. Ses œuvres se matérialisent en installations, en production d’images et d’interventions éphémères depuis le milieu des années 1990. Son travail a été présenté dans des musées, des centres d’artistes, des galeries publiques et privées et lors de biennales internationales. Il a participé récemment à la triennale québécoise du MACM, ainsi qu’à des expositions de groupe à la Grande Bibiothèque (BanQ) et au Musée régional de Rimouski. Depuis 2010, Axe-Néo7 à Gatineau, le centre Oboro à Montréal et la galerie Éponyme à Bordeaux lui ont consacré des expositions individuelles. Mathieu Beauséjour a reçu le prix Giverny-Capital en 2010. Ses œuvres font partie des collections du MACM, du MNBAQ, de Loto-Québec et du Cirque du Soleil.