Boyle-Singfield, John

Contenu de la page principale

John Boyle-Singfield

Numéro de lot : 

33
Instagram 3.4.2 (Amaro)

Le projet consiste en une série de quatorze impressions. Chacune de ces impressions représente un filtre de la populaire application mobile Instagram, isolé à partir d’une image blanche qui est ensuite agrandie et imprimée. Dans ma série Instagram 3.4.2, j’ai décidé de placer la caméra en face d’elle-même, plus précisément en face du simulacre qu’elle propose aujourd’hui à la jeune génération.

Cette série est une façon d’aborder les propriétés ontologiques de la photographie, dans un schéma social pondéré par une grande vitesse de production et de distribution numérique. En isolant certains filtres automatisés de l’application Instagram, j’ai voulu précisément isoler la création de valeurs esthétiques dans une sorte de nostalgie du moment présent. Par le fait même, le « ça a été » de Roland Barthes devient violemment un « ici et maintenant » pour répondre aux exigences de ce contexte précis de production contemporaine. Dans mes filtres, l’histoire de la photographie est aussi prédominante, puisqu’en essayant de reconstruire une présence dans ce flux incessant d’images, cette technologie doit en imiter d’autres, plus anciennes, pour ajouter un glacis artificiel, mais essentiel, à cette production de valeur sans substance.

Impression numérique,
  • 2014
107 x 107 cm |
1/3

Valeur estimée : 

1 700 $

John Boyle-Singfield vit à Montréal. Né au Canada, il a étudié à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. Son travail se veut le reflet d’une société dans laquelle les effets de la technologie et du capitalisme tardif ont été absorbés par nos corps et ont altéré notre vision du monde. Il utilise souvent l’appropriation, une technique qui lui sert à explorer les ramifications idéologiques de l’autorité, du droit d’auteur et de l’identité à l’ère d’Internet.

Il s’intéresse aussi aux formes banales et aux objets de tous les jours, surtout lorsqu’ils deviennent de l’art en renonçant à leurs ressemblances avec le vivant. À partir de ces formes et de ces objets, il élabore des constructions sociales et des installations complexes qui mettent en cause les structures des valeurs, du langage et de la mémoire à l’intérieur d’un monde lourdement affecté par la lutte des classes.

Il a présenté son travail au Canada et aux États-Unis, notamment au Whitney Museum, au Musée d’art contemporain de Montréal, à la Galerie SAW, au Centre VU, aux galeries Trois Points, Le Lieu et Sans Nom, ainsi qu’à Trinity Square Video.