Caputo, Pascal

Contenu de la page principale

Pascal Caputo

Numéro de lot : 

31
168458_10150150450939951_521319950_8204040_6792354_n_jpg

À première vue, une forme rectangulaire non peinte et un contour peint. Peint à partir d’un égoportrait, ou « selfie », ce pourtour laisse entrevoir un banal intérieur de salon. Ironiquement, la composition renvoie au célèbre carré blanc sur fond blanc de Malevitch. Cependant, l’abstraction est ici orchestrée de manière à créer un manque d’information qui active l’imaginaire. Ainsi, l’artiste fait un clin d’œil au « what you see is what you get » et le détourne en « what you see is what you don’t get ».

Huile sur toile,
  • 2011
153 x 122 cm |

Valeur estimée : 

3 000 $

Pascal Caputo est né à Montréal. Il est titulaire d’une maitrise en peinture de l’UQAM. En 2012 et 2013, il présente deux expositions solos intitulées Au travers du repli, à la Galerie Dominique Bouffard, et Figures de l’absence, à la maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce. Ses œuvres font partie de collections comme celles de Loto-Québec et de la Ville de Laval, ainsi que de plusieurs collections privées. Les peintures de Pascal Caputo évoluent autour des enjeux actuels de l’image, tels que la banalité, la multiplicité, la représentation et l’obsolescence. Ses œuvres procèdent d’une traduction de la photographie et de ses manipulations numériques en représentation picturale. Il s’approprie des images sur les réseaux sociaux et opère des découpes numériques, afin de substituer aux figures humaines des espaces non peints. Le réflexe contemplatif devient difficilement soutenable, car la tension énigmatique entre l’indice et le manque d’information tient le spectateur en haleine. La singularité des peintures de Caputo réside dans cet aller-retour entre le peint et le non-peint, dans cette tension permanente issue d’un rapport extrême entre le vide et le plein. L’artiste considère ces mises en échec identitaires, dans ses peintures, comme des opportunités figuratives.