La Rue, Stéphane

Contenu de la page principale

Numéro de lot : 

20
Angle of repose #4

Angle of repose #4 fait référence par son titre à un angle de repos, c’est-à-dire un angle à partir duquel un objet peut reposer sur un plan incliné. Pour cette œuvre, l’objet est évidemment la matière peinte en relation à la tranche du tableau. Face à l’œuvre, nous pouvons y lire un jeu d’emboitement/déboitement où l’espace qui se crée absorbe autant qu’il projette. Ce travail s’inscrit dans les préoccupations de l’artiste, qui confronte sur un même support les matériaux de la peinture et de la sculpture.

Gesso acrylique sur bois (contre-plaqué),
  • 2018
73,5 x 73,5 cm

Valeur estimée : 

5 000 $

Stéphane La Rue privilégie une investigation méthodique des phénomènes visuels liés à la matière et à la lumière. Les formes appliquées ou dessinées sur la surface avec un minimum d’interventions paraissent ordonnées ou savamment désarticulées et entretiennent une relation étroite avec le plan pictural. Dans ses œuvres, la clarté de la matière s’affirme comme un substitut de la pureté de la forme prônée par le modernisme en repoussant les limites tracées par la spécificité des arts. Il sculpte le support, retrace et dépeint ses pourtours.

Ses œuvres ont été présentées dans plusieurs expositions individuelles au Canada, notamment au Musée d’art contemporain de Montréal, à l’Art Gallery de York University (Toronto), à la Galerie de l’UQAM, à Diaz Contemporary (Toronto) ainsi qu’au Musée national des beaux-arts du Québec et à la Fondation Guido Molinari (Montréal).

Il a également participé à nombre d’expositions collectives, notamment à New York, à Lyon, à Istanbul et au Luxembourg, de même qu’à la Triennale québécoise 2011 au Musée d’art contemporain de Montréal et à Surgir de l’ombre : la biennale canadienne 2014 du Musée des beaux-arts du Canada. Ses œuvres font partie de collections publiques et privées canadiennes.