Lachance, Nicolas

Contenu de la page principale

Numéro de lot : 

25
Black Mirror 2

Black Mirror 2 s’inscrit dans une série d’expérimentations qui font suite aux recherches de l’artiste paysagiste Claude Lorrain, reconnu pour avoir popularisé l’usage du miroir de poche au 18e siècle. Cet accessoire permettait d’appréhender la nature en format réduit, ce qui facilitait les esquisses in situ d’un tableau en préparation. L’œuvre Black Mirror 2 donne à voir à la fois un reflet et la trace de ses conditions d’apparition.

Laque acrylique sur toile,
  • 2013
25,5 x 25,5 cm |

Valeur estimée : 

1 200 $

Nicolas Lachance traque avec obstination les phénomènes d’apparition et de disparition de l’image. D’apparence hétérogène, sa pratique picturale repose sur une recherche qui se traduit par une série de paradoxes : la métaphore photographique sert de matrice à un travail manuel long et laborieux, les gestes de retouche hantent les procédures de duplication de l’image, le rebut flirte avec le monochrome, la tentation du kitch, avec l’installation postconceptuelle. La notion de filtre articule ces tensions à même la surface picturale, qui devient le lieu privilégié d’une saisie : d’un côté, le filtre soustrait (il cadre les afflux de matière, les transforme et en régule l’épanchement), mais de l’autre, il cultive les traces des résidus amassés dans l’atelier (poussière, images trouvées, objets d’occasion), il cumule les dépôts palimpsestes de travaux antérieurs, comme autant de catalyseurs qui reconfigurent chaque fois les mailles d’un filet tendu pour saisir peut-être moins l’image que notre propre regard. 

Au printemps, Nicolas Lachance a présenté Cadrer la fumée à la Fonderie Darling et Design Paradigm à la galerie René Blouin. Cet automne, il participe au 16e Concours de peintures canadiennes de RBC.