Mot de la directrice 2016

Contenu de la page principale

Sylvette Babin

Année par année, c’est toujours un immense plaisir pour esse de présenter l’encan Vendu–Sold, aboutissement de plusieurs mois de travail. De la sélection des artistes et des œuvres jusqu’au jour de l’encan, l’enthousiasme et la fébrilité nous accompagnent. L’émerveillement aussi de découvrir chaque fois de nouvelles œuvres, offertes par nos généreux artistes, nos plus fidèles mécènes. En complicité avec un comité de pairs, nous formons annuellement une petite collection éphémère, rassemblée et exposée le temps d’une soirée, pour la laisser partir ensuite, œuvre par œuvre, entre les mains de collectionneurs tout aussi passionnés d’art que nous. Nous sommes toujours extrêmement fiers de contribuer au rayonnement des artistes et au foisonnement des collections.

Nul besoin de rappeler qu’il s’agit ici d’une campagne de financement qui permet aux Éditions esse de poursuivre leurs actions de diffusion de façon adéquate. Le grand bouleversement numérique qui affecte les médias imprimés n’épargne pas les revues culturelles, et dans cet univers regorgeant d’informations, nous devons redoubler d’efforts pour nous démarquer. Le faire dans les deux langues officielles assure depuis bientôt dix ans notre présence sur la scène internationale, mais cela reste un défi extrêmement couteux. Nos prochains objectifs dans la poursuite de notre mandat sont donc de préserver notre bilinguisme et de consolider notre présence dans l’univers numérique. Ces objectifs ne sauraient être atteints sans la précieuse participation des artistes, des lecteurs et des amateurs d’art qui nous soutiennent. À l’enthousiasme déjà mentionné s’ajoute donc une profonde gratitude envers tous ceux qui croient en notre projet.

Pour cette huitième édition de Vendu–Sold, j’invite une fois de plus les collectionneurs à soutenir la passion et l’engagement des artistes et des travailleurs culturels qui gravitent autour des Éditions esse.

Sylvette Babin, directrice des Éditions esse

Photo : © Jean-François Brière