Sarfaraz, Sayeh

Contenu de la page principale

Sayeh Sarfaraz

Numéro de lot : 

41
Génération sacrifiée

« Agencés en de vastes installations, les motifs créés par Sayeh Sarfaraz mobilisent divers matériaux, échelles et niveaux de langage, pour résister à une lecture trop immédiate de la politique moyen-orientale. Ses récits visuels ont un gout amer de réel et trouveront dans l’actualité des résonances indéniables. S’ils sont directement issus du contexte iranien, du régime islamique et de la dictature de Mahmoud Ahmadinejad, ils n’en finissent pas d’ouvrir sur d’autres contextes où l’agitation politique et les mouvements populaires secouent aujourd’hui les communautés : élections contestant le processus démocratique, censure et emprisonnement de journalistes, exécutions publiques, tortures, manifestations publiques… Il faut considérer cette accumulation de référents et d’enjeux politiques dans ses œuvres non pas comme un effort de catalogage à visée exhaustive, mais davantage comme la fabrication d’une boite de Pandore mouvante. Les maux actuels qui s’en échappent se combinent alors en un inventaire indocile et inachevé, mis en jeu par le truchement de jouets, de dessins naïfs ou de mots.

Extirpant de la boite du monde les conflits et insurrections marqués par la violence, Sayeh Sarfaraz pousse plus loin son geste en transformant cet inventaire politique en des formes imaginaires nouvelles, où les jouets et dessins, agissant comme autant de faux-fuyants, mènent le spectateur vers un récit ambigu, une fiction glissante. L’innocence des figures enfantines est contrariée et leur référence familière s’éclipse pour laisser place à des personnages intrigants. L’enfance, si elle n’est jamais loin, a désormais perdu son innocence. »

Extrait d’un texte de Claire Moeder 

Dessin,
  • 2015
65 x 50 cm |
Œuvre unique

Valeur estimée : 

2 400 $

Sayeh Sarfaraz est originaire d’Iran. Diplômée de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, elle entame sa carrière à son arrivée au Québec, en 2007. Son itinérance et son appartenance à la diaspora iranienne l’incitent à s’intéresser dans son travail aux questions d’identité culturelle et à tisser un lien très fort avec son pays d’origine, son passé et sa culture, tout en se tournant vers les conflits actuels du Moyen-Orient. Rebelle au régime répressif, elle interroge dans ses installations les évènements populaires et la situation politique iranienne, en créant de vastes dioramas où des formes de l’enfance – Lego et petits soldats – composent de violentes scènes d’affrontement. Leur aspect ludique lui permet de représenter les enjeux complexes du pouvoir et de réinventer notre rapport au politique et à l’actualité.

En 2013, le Centre d’artistes Vaste et Vague (Carleton-sur-Mer) accueillait Fox & Friends. En 2014, le centre d’exposition Circa (Montréal), The Invisible Dog Art Center (Brooklyn), la Galerie Foreman (Sherbrooke), Le Labo/Interaccess (Toronto) et la Maison des arts de Laval lui consacraient des expositions individuelles. En 2015, ses œuvres étaient présentées à la Foire d’art de Dubaï, à Art London 15, à l’Albareh Art Gallery (Bahreïn) et à la grunt Gallery (Vancouver).