Slattery, Jackson

Jackson Slattery, Dre no.2, 2019.

Numéro de lot : 

4
Dre no.2

Dans l’ensemble de sa production, Slattery essaie de contrebalancer l’indifférence par la sincérité ; au fil du temps, il a établi un lexique de références voilées qui indiquent le lien du sujet avec sa vie personnelle. Le dernier sujet de Slattery est Dre, l’un des meilleurs amis de sa petite amie. Dans cette série de peintures d’observation, l’artiste évite les dispositifs de distanciation ou d’encadrement qu’il employait auparavant. Dans ces œuvres à nu se déploie le projet qui consiste à exposer sa vulnérabilité d’artiste en explorant des catégories et des genres qui semblent connotés ou problématiques. S’efforçant de démêler une situation qui échappe aussi bien au code du regard masculin typique (un artiste mâle hétérosexuel peignant une femme) qu’à celui du regard homoérotique, Slattery s’efforce ici de regarder seulement, avec autant d’attention et de tendresse que possible.

Huile sur lin,
  • 2019
25 x 21 cm

Valeur estimée : 

2 900 $

Jackson Slattery currently lives and works in Melbourne and Montréal. At their core, his paintings are realistic renderings of subject matter usually drawn from photographs and often integrated into compositional structures that involve (or mimic) collage techniques. For Slattery, photorealism poses a challenge that extends from the predicament of painting in general, as he questions why we are compelled to make and look at paintings, and why images produced by hand still fascinate us.
Recent solo exhibitions include La Dronne, with André Piguet, at Gertrude Glasshouse (Melbourne, 2018), Grey Speckled Question Marks, Sutton Gallery (Melbourne, 2017), Points d’interrogations blancs, soon.tw (Montréal, 2016), and Burning Your Furniture to Have the Warmest House in the Street, with Kieren Seymour, at Alaska Projects (Sydney, 2015).