Sullivan, Françoise

Françoise Sullivan, Pastel no. 2, 1997.

Numéro de lot : 

7
Pastel no. 2

Célébrée pour la première fois par l’exposition de 1997 à la Galerie Lilian Rodriguez, à Montréal, la production au pastel de Françoise Sullivan demeure méconnue du public. Vision extatique de pulsations colorées, Pastel no. 2 pousse l’abstraction dans ses retranchements et surprend par ses décisions tactiles. Il y a, dans les pastels de Sullivan tout autant que dans ses tableaux, « quelque chose de l’ordre de l’empreinte première, celle du corps et du mouvement, et quelque chose de l’ordre de l’emprise, celle du sang et du rythme ». (Louise Déry et Monique Régimbald-Zeiber)

 

Pastel sur papier,
  • 1997
40 x 37 cm

Valeur estimée : 

4 330 $

Françoise Sullivan est née en 1923 à Montréal, où elle reçoit sa formation première à l’École des beaux-arts. Artiste polyvalente et singulière, elle s’illustre d’abord comme danseuse et chorégraphe, puis se consacre successivement à la sculpture dans les années 1960, à l’art conceptuel au cours des années 1970, avant de se dédier de nouveau à la peinture dans les années 1980, pratique qu’elle poursuit depuis lors. Aux côtés de Paul-Émile Borduas, elle fait partie des membres fondateurs de l’automatisme, mouvement avant-gardiste dont elle signe en 1948 le manifeste Refus global. Ses œuvres ont fait l’objet d’innombrables expositions individuelles et collectives, notamment au Musée d’art contemporain de Montréal, en 1981, au Musée national des beaux-arts du Québec, en 1993, et au Musée des beaux-arts de Montréal, en 2003. Lauréate du Prix Paul-Émile-Borduas en 1987, elle détient deux diplômes honorifiques. À l’automne 2018, le Musée d'art contemporain de Montréal lui consacre une exposition rétrospective qui voyage dans plusieurs institutions muséales au Canada depuis lors.