Trahan, Carl

Contenu de la page principale

Numéro de lot : 

7
Überreizung

Traduction du titre : surexcitation, surstimulation. À la fin du 19e siècle, des troubles nerveux jusqu’alors méconnus sont observés et vite attribués aux nouvelles technologies et à l’urbanisation qui s’accélère. À Berlin, ville moderne par excellence, apparaissent alors des cliniques et des sanatoriums voués à l’étude et à la cure de ces affections. Les traitements par l’électrothérapie y sont explorés.

Enseigne au néon, transformateur,
  • 2015
107 x 86 x 8 cm

Valeur estimée : 

3 500 $

Carl Trahan s’intéresse à la représentation du langage et de la traduction dans les arts visuels, qu’il étudie notamment à l’aide du dessin et des enseignes au néon. En 2011, il a introduit une dimension historique à son travail, qui porte depuis un regard sur le passé sombre de l’Europe. S’il s’est intéressé, par exemple, au national-socialisme et au fascisme et à leurs origines au 19e siècle, son plus récent corpus concerne la période comprise entre le début de la deuxième révolution industrielle et la Première Guerre mondiale.

Il a plusieurs expositions individuelles et collectives à son actif, à Montréal, à Québec, à Toronto, à Berlin, à Rome et à Créteil (France), entre autres. Il a été artiste en résidence à Espoo (Finlande), à Paris, à Rome et à Berlin. Le Musée national des beaux-arts du Québec lui décernait, en 2016, son prix en art actuel. 2017 est l'année de ses deux premières expositions muséales, d'abord au Musée national des beaux-arts du Québec puis au Musée d’art contemporain des Laurentides.