Verret, Angèle

Contenu de la page principale

Numéro de lot : 

24
…écrire à peu près…

Ce travail, fait de blanc sur noir, propose une surface qui se lit autant en positif qu’en négatif. Certains éléments qui sont en léger relief paraissent être en creux, alors que l’inverse s’applique pour certains autres. La nature de l’image fait ici référence au négatif photographique, tandis que sa matérialité interroge la réalité de la peinture.

Acrylique sur toile,
  • 2014-2015
107 x 107 cm

Valeur estimée : 

5 000 $

Angèle Verret produit un travail qui se veut une réflexion sur le caractère incertain des images. S’étant beaucoup intéressée au photographique depuis le début des années 90, elle poursuit une pratique qui, bien qu’essentiellement picturale, laisse un doute sur sa nature réelle. Cette ambigüité fonde l’identité de ses œuvres.

L’artiste a participé à plusieurs expositions de groupe : ELLES aujourd’hui. Six artistes québécoises et canadiennes, au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), organisée par Marie-Ève Beaupré (2015-16) ; Loin des yeux près du corps, à la Galerie de l’UQAM, commissaire Thérèse St-Gelais (2011) ; Chimère/Shimmer (2010) et Avancer dans le brouillard (2004-05), toutes deux présentées au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) et organisées par Anne-Marie Ninacs. On a pu voir son travail le plus récent aux galeries Roger Bellemare et Christian Lambert, dans une exposition particulière intitulée Se perdre en forêt (2017).

Ses œuvres font partie de nombreuses collections privées et publiques, dont celles du MNBAQ et de son Prêt d’œuvres d’art, celles du MBAM, d’Hydro-Québec, de la Ville de Montréal et de Loto-Québec, entre autres.