Faraj, Nadine

Nadine Faraj, Les espérances longuement entretenues, 2020

Numéro de lot : 

9
Les espérances longuement entretenues

Dans l’aquarelle de Faraj, huit corps nus surnagent dans une eau sombre. Tandis que certains cachent leur visage pétri de douleur, tels des damnés accablés par les tourments, d’autres s’embrassent tendrement. Un dernier supplie en vain la figure callipyge érigée à l’avant-plan, qui dirige son regard inquiet vers le public. Baignée par un crépuscule où scintillent des arbres aux couleurs fluorescentes, la scène évoque le chaos de nos temps incertains, les éclats de la peur et de l’annihilation totale, ainsi que l’angoisse qui cercle l’espoir que nous nourrissons pour l’avenir de l’humanité.

Aquarelle,
  • 2020
28 x 38 cm

Valeur estimée : 

3 800 $

Nadine Faraj est une artiste investie dans l’étude de la transformation guérissante. Dans ses aquarelles fluides, torrides et parfois drôles, elle explore l’humanité dans sa plénitude et ses profondeurs. Ses œuvres traitent de questions sociales telles que la sexualité, la positivité sexuelle et corporelle, l’égalité des genres, l’antiracisme et la visibilité LGBTQI2A +. Ses œuvres ont été recensées par le Huffington Post, Hyperallergic, A Woman’s Thing, Le Devoir, La Presse, CBC News, Elephant, Huck et The Steidz. Elle est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia (Montréal) et d’une maitrise en beaux-arts de la School of Visual Arts (New York). Depuis 2020, elle est membre de Rizoma, qui offre des ateliers en art et en poésie aux femmes incarcérées.

Faraj expose régulièrement au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Elle vit sur les territoires autochtones non cédés de Tiohtià:ke/Montréal et Manhattan/New York, dont les peuples gardiens sont respectivement les Kanien’kehá:ka et les Lenapes.